Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 08:33

 

Couverture-copie-7.jpg

 

 

 

Lettropolis en rugit de plaisir 

:  

Les Griffes du lion, de Georges CLÉMENT

apparaissent à notre catalogue.

 

Ce roman porte autant de nostalgie que d'espoir, en même temps qu'un regard lucide sur les grandes transformations civilisationnelles qui modelèrent les relations humaines entre la France et l'Afrique du Nord aux XIXeet XXesiècles.



Le lion, c'est Mansour, le dernier de son espèce à rôder dans la campagne d'Oran, et ce n'est pas un vain symbole pour cette ville dont le nom même évoque l'animal, dont la mairie s'orne de deux lions de bronze, et dont une montagne proche porte le nom.



Quelle sera sa fin ? – puisque même le roi des animaux doit subir la loi de la vie – c'est toute l'histoire. Mais pour en arriver là, des hommes et des femmes aiment, combattent, font assaut de courage, de dignité, dans les tourbillons de l'histoire et les drames qui les atteignent. Une foule de « petits héros » dont la grande Histoire se moque, alors qu'elle n'existerait pas sans eux, peuple ce roman. Nous y retrouverons en saga trois familles, dont certains personnages ont animé le roman précédent ( Un Zouave place Pigalle).



Sur cette terre de contrastes que fut l'Algérie, voici qu'apparaît un nouveau protagoniste, ce Bernard Giret, républicain acharné à imposer un progrès mal toléré par certains, à bousculer le temps, et finalement envoûté au point de jouer sa vie à la dernière chasse au lion.



Nul ne sait si « la misère serait moins pénible au soleil », mais les drames y sont plus éclatants, comme portés par des forces mystiques, qui magnifient les Hommes. Ce roman nous en apporte une peinture lumineuse. Mieux encore, il montre, contrairement à des clichés trop communs, que les personnages féminins – et ceci ne vaut pas que pour l'écriture – sont animés de forces qui transmettent la vie, non seulement par la commune naissance, mais par la naissance plus rare de la fierté, de la force, du courage.



Faut-il garder en soi l'esprit du lion, sa noblesse, ses griffes, dans un monde où les bêlements sont trop nombreux ? C'est tout le message des Griffes du lion de Georges Clément surLettropolis.



Couverture-copie-7

440 pages, 7,85 €

 

Avec les compliments de Lettropolis : l’édition de livres numériques appelés OLNIs®

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre-François GHISONI - dans DU BLOG AU SITE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : OLNI, le blog de Pierre-François GHISONI
  • : Nulla dies sine linea
  • Contact

Profil

  • Pierre-François GHISONI
  • la littérature en partage
L'homme avant les termites
L'idéal sans l'idéologie
  • la littérature en partage L'homme avant les termites L'idéal sans l'idéologie

Recherche