Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 20:38

Un auteur est parti : Grand-Claude


1 GC

 

Un auteur ? D'abord un homme, un fichu exemplaire hors du commun : « une taille anormalement respectable de presque sept pieds français de haut » comme il l'écrit dans son Parcours en kaki d'un bourgeois peu ordinaire. Rajoutez à cela plus d'un quintal de muscles, et certainement l'art et la manière de balancer un bon « pare-à-virer de marin breton... avec une gueule de vent-debout ». Oui, Grand-Claude, une sacrée carcasse, avec un cœur en proportion et des propos à l'emporte-pièce qui pouvaient parfois défriser l'interlocuteur, y compris l'auteur de ces lignes.

Mais la franchise, l'honnêteté, le don de reconnaître ses erreurs étaient aussi son lot. Et une fois sa confiance accordée, tout devenait possible, à condition d'accepter cette richesse d'homme telle que notre société ne la reconnaît plus.

La vie a voulu que nous partagions des souvenirs, des déceptions, des jugements sur nos propres destins et sur celui que nous pensons être du monde contemporain. Le « politiquement correct » n'y avait pas sa place. Cela n'aurait pas marché.

Il était venu à Lettropolis par l'intermédiaire d'une de ses amies, elle-même très proche de l'édition. Il accorda sa confiance à cette folie naissante, lui qui n'avait que peu de connaissance en ce monde nouveau de l'édition numérique. Et jamais elle ne se démentit.

Trois textes naquirent de cette coopération, qui éclairent les différentes facettes du personnage.

Le Parcours en kaki d'un bourgeois peu ordinairetraite de son passage aux armées pendant la guerre d'Algérie. Il s'y accomplit en homme vrai, non sans interrogations personnelles, mais sans honte ni forfanterie, car il n'existe pas d'honnête homme sans une approche élaborée du devoir.

Les Histoires d'eau saléesont une série de nouvelles aussi riches les unes que les autres, où se dévoile son extraordinaire connaissance des gens de mer qu'il aborde avec une tendresse jamais démentie. Sous la grande gueule, le compagnon de mer n'est jamais loin, celui qui en partage les infortunes, les vilains tours, en connaît le langage, les bonnes et les mauvaises manières.

Nuria, c'est la grande leçon de littérature pour pré-adolescents, art dont la difficulté n'échappe à aucun auteur sérieux. Il l'écrivit pour sa petite-fille, et ce qui n'aurait pu être qu'une bluette, devint l'ouverture vers un monde enchanteur dont les Baléares conservent le secret pour quelques initiés.

Grand-Claude était capable de se lancer dans d'autres extravagances. Je conserve de lui une fantaisie poétique où son humour arrange l'histoire de Suzanne et les vieillards, d'une façon telle que plus d'un humoriste patenté en aurait fait ses choux gras... et nous avons rêvé d'une parodie de quelques épisodes bibliques gratinés qui auraient certainement fait grincer quelques dents.

Il avait encore beaucoup d'histoires dans son sac de marin. Mais il voulait explorer d'autres territoires de la littérature et du destin humain. Le thème de l'amour lui tenait à cœur et devait être le fil conducteur de son dernier roman. Il l'avait travaillé et retravaillé, tirant des bords, jusqu'à retrouver l'esprit d'un voilier mythique né d'un architecte naval farfelu obsédé par les secrets d'anciens navigateurs polynésiens.

Grand-Claude, parti, c'est un ami qui largue les amarres. Marin costaud, auteur de belle classe, il chantait des cantiques dans son église et parlait de sa foi comme d'une évidence indiscutable. Ce n'est pas lui qui a quitté la vie, mais bien la vie qui l'a quitté.

Je suis sûr que la littérature a été sa huitième mer et qu'il a connu du bonheur à la parcourir.

Accompagnons-le, lisons-le, relisons-le.

 

                                                                                                

                                                                                                 RIP

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre-François GHISONI - dans DU BLOG AU SITE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : OLNI, le blog de Pierre-François GHISONI
  • : Nulla dies sine linea
  • Contact

Profil

  • Pierre-François GHISONI
  • la littérature en partage
L'homme avant les termites
L'idéal sans l'idéologie
  • la littérature en partage L'homme avant les termites L'idéal sans l'idéologie

Recherche