Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 10:19

 

Hier Depardieu, aujourd'hui Bernard Arnault, demain, et pendant que vous lisez, qui ? Combien, moins connus, aussi décidés ?

Une fois de plus, dépassons l'anecdote. M. Arnault n'est qu'un cas démonstratif de l'état schizophrénique des lois françaises :

Trop nombreuses, elles créent des maquis pour initiés argentés ou acoquinés.

Mal ou peu appliquées, elles favorisent les zones de non-droit, repaires de tous les trafics et de toutes les haines, ainsi que piège de toutes les craintes de leurs malheureux habitants.

Idéologiquement orientées, elles créent la division de la société, de la nation, et bientôt de l'État.

 

Ainsi, l'on crée une nouvelle classe : « les embastillés sans Bastille » : une classe à deux compartiments, autant cibles que vaches à lait, classes moyennes et défavorisées, progressivement associées.

 

Quel recours leur reste-t-il ? Quel espoir de progression ? Quel exemple général pour les enfants ? Quel avenir ? Quel ferraillage prochain pour ce navire France surchargé de lois, dérivant sous un capitaine de pédalo... qui, pour être franc, est l'héritier satisfait d'une technocratie délirante ?

 

La démocratie n'est pas, ne peut pas être ce château de cartes branlant, cette inflation de lois inutiles, biseautées, qu'emportera le moindre courant d'air de nos portes inconsidérément ouvertes à tout-venant. La France ne peut supporter d'être – on ne peut plus dire « devenir » – le tiercé perdant des zones de non-droit, des maquis financiers, des embastillés sans Bastille. Sa survie passera – si elle le peut – par la recréation de zones de liberté. Que celles-ci se superposent au territoire national serait la meilleure solution. Qu'elles en soit la majorité serait la « moins pire ». Qu'elles en soient les confettis... alors autant les lancer ailleurs.

On parle toujours de la politique de l'autruche qui enfouit sa tête dans le sable pour finir en beefsteack ou en plumes de chapeau. On oublie que l'autruche survit grâce à ses coups de patte formidables et à sa course rapide. Trouvons la politique « autruchienne » la plus efficace !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre-François GHISONI - dans LES PLONGEES DE L'ABSURDE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : OLNI, le blog de Pierre-François GHISONI
  • : Nulla dies sine linea
  • Contact

Profil

  • Pierre-François GHISONI
  • la littérature en partage
L'homme avant les termites
L'idéal sans l'idéologie
  • la littérature en partage L'homme avant les termites L'idéal sans l'idéologie

Recherche